letelegrammoutremer

Actualité, Découvertes d'Ici et D'ailleurs

Le  » Pari  » des Cocottes

Elles sont belles ,  souvent d’origine très modestes, elles vivent à la « Belle Epoque « , elles montrent l’évantail de leur talent au théâtre, dans des ballets,  elles font  parfois des comédies  dans le lit des plus » grands » contemporains ; certains parlent finement de » carrière à l’horizontale« . Elles sont  les reines de Paris.

Catherine Guigon  dédie un livre  très documenté,  aux éditions Parigramme à ces « cocottes » : Liane de Pougy, Caroline Otero, Emilienne d’Alençon, Cléo de Mérode, Cora Pearl, Mata Hari, Colette..

.

Un livre hommage à ces femmes aux  carrières fulgurantes de « demi mondaine  » :  « une femme qui se donne à un homme sur deux » d’après Guitry.

On reproche parfois à ces femmes leur beauté, l’attrait dont elles jouent pour enchanter le monde et le quotidien de Paris mais, elles ont aussi du talent (danser, chanter, faire du music hall). Le pari pour elles, c’ est de durer et d’être convoitée  sans jamais convoler justes noces  avec leur amant  ;  leur prince ou leur roi , leur célèbre écrivain ou pantin.

Des femmes de l’ombre mises en lumières par le spectacle et le scandale, leurs fastes et leurs démesures. Elles s’amusent  parfois au détriment de leur vie , en voulant jouer les espionnes comme  la célèbre Mata Hari, fusillée pour intelligence avec l’ennemi à Vincennes .

Nous avons posé quelques questions à  l’auteur de ce très bel ouvrage, Catherine Guigon :

-Hormis la définition de Guitry, comment définissez vous une » cocotte » ?
Ce sont des courtisanes mais qui choisissent leurs amants, on est loin de la prostitution même si , elles font commerce de leur charme. Elles sont jolies, astucieuses, drôles , intelligentes, futées.
-Pourquoi ces femmes sont elles sorties du lot d’après vous?
Que ce soit la Belle Otéro ou Cléo de Mérode ou Emillienne d’Alençon.. elles avaient souvent une revanche à prendre sur leur enfance  , sur la vie, la relation au père, leur première histoire d’amour. Elles voulaient prendre leur place dans la vie !
Cléo de Merode est née  en secret à Paris,  de père inconnu ,malgré ses origines aristocratiques autrichiennes , la Belle Otéro est née dans une famille pauvre, elle faisait des pirouettes  au détour des rues pour quelques « piècettes »..
Elles ont eu un désir de réussir avec leur  petit talent de scène au music-hall
– A t il été difficile d’obtenir des informations, des photos sur la vie de ces femmes ?
Non.. Elles ont été des femmes très célèbres à leur époque , immensément photographiée.
– Pensez vous qu’ il existe de nos jours encore des cocottes? Est ce que Zahia serait classée dans cette catégorie?
Non..Il y a certain aspects de ces femmes » cocottes « , à la grande époque des stars hollywoodiennes comme Liz Taylor qui faisait parler d’elle entre ses maris et ses divorces comme les cocottes et leur collier de perle  . Ces femmes  étaient des ambassadrices de Paris, elles  représentaient le luxe parisien…

 

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :